01/12/2013

L'économiste : Manque de moyens pour dépister la maladie (Maroc) - article de presse

Edition N° 4161 du 29/11/2013

Maladies auto-immunes

Le diagnostic encore approximatif au Maroc

Les auto-anticorps introuvables dans les hôpitaux et CHU

Un seul traitement de biothérapie peut coûter 24 Smig!
Il y a trois ans, un groupe de malades atteints du syndrome de Gougerot-Sjögren qui provoque l’absence de sécrétions liquides dans le corps (larmes, salives…) contactait Khadija Moussayer. Cette spécialiste en médecine interne et en gériatrie est aussi réputée pour ses publications sur les maladies auto-immunes. A partir de là, le noyau dur de l’Association marocaine des maladies auto-immunes et spécifiques (Ammais) s’est constitué. Aujourd’hui, l’Ammais emploie une dizaine de personnes, et prend en charge quelques centaines de patients.

-L’Economiste : Les maladies auto-immunes peuvent provoquer des symptômes aussi divers que variés. Comment peut-on les diagnostiquer?
- Khadija Moussayer: Pour les diagnostiquer, il faut d’abord les connaître. Les médecins se basent sur des critères de classification pour arriver à leurs conclusions. Il existe aussi un moyen fiable pour diagnostiquer ce type de maladies : les auto-anticorps. Nous en disposons au Maroc, mais pas en quantités suffisantes. Certains laboratoires en possèdent, d’autres pas, et ils sont introuvables dans les hôpitaux, qui n’ont ni les réactifs ni le plateau technique nécessaires. Même les CHU n’en disposent que rarement. Notre association invite les hôpitaux et les médecins à apprendre à les demander. Certains généralistes ne les connaissent pas, ce qui entraîne des retards de diagnostic très préjudiciables au malade.
- Existe-t-il des traitements efficaces? Si oui, sont-ils à la portée de toutes les bourses?
- Pour des maladies qui ne font pas «assez de dégâts», comme la tyroïde, un traitement n’est pas forcément nécessaire. D’autres fois, comme pour le cas de l’intolérance au gluten, un régime suffit. Même si ce régime est plus difficile à suivre pour les Marocains, pour des raisons d’étiquetage des produits ou pour leurs prix qui peuvent être élevés. Mais certains traitements sont très chers. Et même dans le cas où le malade aurait une mutuelle, toutes les maladies auto-immunes ne sont pas reconnues par l’Etat comme des infections à longue durée. C’est ce titre qui permet un remboursement mensuel systématique. Pourtant, ces traitements freinent de façon notable l’évolution de la maladie, et peuvent réduire considérablement le taux de mortalité inhérent.

- Peut-on se fier à la médecine parallèle?
- Il existe des biothérapies, issues d’organismes vivants, contrairement aux médicaments «classiques» qui sont synthétisés chimiquement. Mais leur coût reste extrêmement cher (60.000 DH pour un seul traitement !). Notre association se bat aussi pour leur démocratisation.


Propos recueillis par Rime AIT EL HAJ

Source internet : http://mobile.leconomiste.com/article/913448-maladies-auto-immunesle-diagnostic-encore-approximatif-au-maroc

16:08 Écrit par Isabelle L-F. dans 05. Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.